Rechercher
  • Dàvi Assas-Silveri

Premier festenau dau film escolari en lengas minorizadi

Lo còrso e lo catalan mas tamben l'euskara, le creol, l'armenian e bensegur l'occitan s'èran donnats apontament au « Ve lo qui » premier festenal dau films escolari dedicat ai lengas minorizadi.

Organisat au teatre F.Gag de Nissa da la web-tv « Cultura Viva », aqueu festenal metèt a l'òunor la diversitat linguistica de França e celebrèt una naissença que farà data :

la creacion dau cinemà niçard !

Lo « Ve lo qui » foguèt compartit en doi categorias : « cine d'aquí » consacrat ai produccions dei escolans de l'Academia de Nissa e « cine d'alhà » una seleccion de films fachs en d'autri Academias. Aquest'an li doi lengas oficialament convidadi foguèron lo catalan e lo còrso, li creacions occitani fòra Academia de Niça foguèron aqueli dau licèu Bertrand de Born de Peiriguiers


200 liceans e collegians qu'estudian l'occitan en l'Acadèmia de Niça assistèron a la seança que prepauèt de ficcions e de raportatges qu'ilustravan de temas de còup serios coma la guerra dau 14 ò lu atentats, de còup mai laugiers coma lu preservatius ò lu esmartfòns


A costat dau vici-president dau consèu despartamental, en carga de l'audiovisual lu membres de la jurada compòsta d'artistas e de responsables associatius nissarts an deugut trampinar per donnar li resultas definitivi. En la categoria « cine d'aquí » que li s 'afrontavan de liceans nissarts e de collegians de Mentan e de l'Escarea, lu premiats « ex aquò » son estats lu liceans dau Parc Imperial de Niça embé « fai volar !!! » una creacion dedicada au juec dau pilo e « reunioun à Nissa » un raportatge que metèt a l'òunor la tradicion culinaria reunionenca e nissarda. Per cen que tòca a la categoria « cine d'alhà » son lu còrsos embé la seria « a facciacce » e l'espisodi « u giuvanu che vulia parlà corsu » que òutenguèt la pàlmola virtuala.

Lu organizators sont estats contents d'aquela premiera e dei retorns totplen positius que an augut .

Soleta deçaupuda : l'absença dei medias nissarts pura convidats que fòra lo jornal « CNEWS » e « RÀDIO NISSA PANTALH » an pas cresut bòn venir au teatre F.Gag assitre en aquela bèla festa de la diversitat e a la naissença dau cinèma nissart. Li èra bensai la receta dau pan banhat o li dansas folclòriqui da curbir per chanjar un pauc...

Mas fiers de la sieu invencion, lu liceans presents donan ja apontament l'an que ven ai lengas minorizadi perfin que contunhèsson da faire lo sieu cinèma !









Le corse, le catalan mais aussi le basque, le créôle et bien sûr l’occitan dans sa version nissarde s’étaient donnés rendez-vous au « Ve lou qui », premier festival du film consacré à la diversité linguistique française.

Placé sous l’égide de la « web »-TV « Cultura Viva » et de l’association des professeurs de langues régionales le « Ve lou qui » fut surtout l’occasion de célébrer une date qui fera date : la naissance du cinéma nissart !

Divisé en deux catégories : La projection proposa tout d'abord au pubilc : « ciné d’aqui », une sélection de films réalisés par les élèves de l’Académie de Nice et « ciné d’alha » qui, elle, mit à l’honneur des créations en provenance d’établissement corse, catalan et du Périgord.

Durant toute la séance, les festivaliers composés de 200 lycéens et collégiens étudiant le nissart purent découvrir des fictions et des reportages traitant thèmes tantôt sérieux comme la guerre de 14 ou les attentats tantôt légers comme la drague sur internet ou le préservatif parfumé.

Sous le regard bienveillant de M.le Vice-Président du conseil départemental délégué à l’audiovisuel, M. Bernard Asso, les membres du jury composé d’artistes, d’associatifs et de professeurs documentalistes eurent toutes les peines du monde à décerner le prix « ciné d’aqui », catégorie au sein de laquelle se sont affrontés les élèves des lycées du Parc Impérial, Estienne d’Orves et des collèges de St-Roch, de l’Escarène et de Menton.

Deux créations du Parc Impérial n’ont finalement pu être départagées pour la première place, il s’agit de « fai volar !!! » fiction consacrée au « pìlou » et « Reunioun à Nissa » une création « nissardo-créôle » consacrée à l’art culinaire de ces deux régions.

Seule déception la non présence des médias niçois pourtant invités sauf le journal « CNEWS » et « RÀDIO NISSA PANTALH ». Il y avait peut être la recette du pan banhat ou les danses folkloriques à couvrir pour change un peu...

Pas peu fier d’avoir inventé le cinéma d’aquí, les élèves niçois donnent rendez l’an prochain à toutes les langues de France pour qu’elles continuent à faire leur cinéma.


Dàvi ASSAS-SILVERI. Patrici ARNAUDO.

91 vues

© 2018 da Cultura Viva